Film – Cendrillon (2015)

350162

Synopsis :

Le père d’Ella, un marchand, s’est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l’amour de son père, Ella accueille à bras ouverts sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d’Ella meurt à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d’elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon parce qu’elle est toujours couverte de cendres. Pourtant, malgré la cruauté dont elle est victime, Ella est déterminée à respecter la promesse faite à sa mère avant de mourir : elle sera courageuse et bonne. Elle ne se laissera aller ni au désespoir, ni au mépris envers ceux qui la maltraitent. Un jour, Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt. Ignorant qu’il s’agit d’un prince, elle le croit employé au palais. Ella a le sentiment d’avoir trouvé l’âme soeur. Une lueur d’espoir brûle dans son coeur, car toutes les jeunes filles du pays ont été invitées à assister à un bal au palais. Espérant y rencontrer à nouveau le charmant Kit, Ella attend avec impatience de se rendre à la fête. Hélas, sa belle-mère lui défend d’y assister et réduit sa robe en pièces… Pendant ce temps, le Grand Duc complote avec la méchante belle-mère pour empêcher le Prince de retrouver celle qu’il aime… Heureusement, comme dans tout bon conte de fées, la chance finira par sourire à Ella : une vieille mendiante fait son apparition, et à l’aide d’une citrouille et de quelques souris, elle va changer le destin de la jeune fille…

Je me rends compte que si vous avez vu la bande-annonce, vous savez à peu près tout ce qui se passe dans le film.

Mon avis :

Cendrillon est un film fantastique américain de Kenneth Branagh, sorti en 2015 avec Lily James (Downton Abbey), Richard Madden (Game Of Thrones), et Cate Blanchett (pas besoin de vous la présenter). C’est un des premiers (ou le premier, je ne sais plus >.<) des live-actions proposés par Disney qui va en produire d’autres comme La Belle et La Bête (regardez le casting !), Mulan (!!!!!!!!) et d’autres que je regarderai peut-être. Je n’étais pas super excitée de voir le film. Pour être honnête, c’est surtout une copine fan de Disney qui m’a poussée à aller le regarder avec elle. Et comme j’avais envie de revoir Richard Madden, j’ai finalement dit oui ! C’était ma vie XD. Bref, voilà ma critique !

Toutes les critiques s’accordent sur une chose : le visuel. Et là, je dois aussi m’incliner. Le film est magnifique à regarder. Les décors et les costumes sont juste sublimes. Ce film a un énorme budget et il ne s’en cache pas. À chaque nouveaux décors, j’avais une tête d’enfant dans une confiserie ^^. Il y a un endroit près de la mer qui est d’une beauté presque irréelle. Le carrosse, la maison de Cendrillon, la salle de bal, les jardins du palais ont chacun des petits détails qui font que le film a une vraie cohérence visuelle. Non mais regardez la bande-annonce !

Le casting est parfait. Et drôle aussi ;). On a donc Lily James en Cendrillon qui, ma foi, ne s’en sort pas trop mal pour ce rôle (je vous explique pourquoi en bas), Richard Madden sans barbe, en prince avec dents ultra bright et pantalon moulant, les demi-sœurs de Cendrillon, petites pestes qui n’ont d’autres intérêts que d’être des comics-reliefs et Helena Bonham Carter, la méchante Reine de Cœur dans Alice au Pays des Merveilles, la diabolique Bellatrix Lestrange dans Harry Potter, la sournoise Mme Thénardier  dans les Misérables jouant la gentille Marraine de Cendrillon. Je rigole toute seule. Mais celle qui brille le plus est bien sûr Cate Blanchett en méchante marâtre. Pour moi, la belle-mère de Cendrillon est une des méchantes les plus importantes des dessins animés pour enfants. C’était celle qui me terrifiait le plus avec Maléfique. Et je peux vous dire qu’elle porte le film sur ses épaules. Pourquoi ? Explications :

Le film a beau avoir un casting en or et être un trésor visuel, l’intérêt de réadapter le film de Cendrillon, c’est de moderniser son message. Et là, le film se casse méchamment la patate. Il n’y a presque aucune différence avec le film original. Cendrillon est encore plus passive et a l’air gentiment idiote (voilà pourquoi je disais que Lily James s’en sort avec les honneurs). J’avais lu des interviews comme quoi ils avaient essayé de faire de Cendrillon une femme tranquille avec une légère pointe de féminisme. Que nenni. Ses seuls de moments de rébellion sont quand elle est triste que sa famille la maltraite. Que fait-elle ? Elle crache dans leur thé ? Lave leurs vêtements dans du crottin ? Non, elle galope dans une prairie. Et cette scène ne servira que pour son coup de foudre avec le prince. L’autre moment étant pour aller au bal. L’intérêt d’une adaptation est de traiter un autre sujet que l’objet d’origine ce qui n’est absolument pas le cas du film. On rajoute quelques scènes bien sûr comme la rencontre dans la forêt du prince et de Cendrillon et d’autres qui n’ont pas grand intérêt. J’ai revisionné le dessin animé original pour cette critique et si je devais vous conseiller un des 2, ce ne serait pas celui-là. Dans l’original, Cendrillon est trop gentille mais elle a ses petits moments de rébellion. Elle se plaint de ses mauvais traitements tout le long du film et il n’y a aucune scène où SPOILER: elle pardonne sa famille (Votre famille vous maltraite ? Pardonnez-les !). On peut même apercevoir une certaine indépendance pour son envie d’aller au bal. Ce n’est pas seulement pour rencontrer le prince mais aussi pour restaurer sa dignité car elle est elle aussi invitée à la fête. Dans l’adaptation, on a juste l’impression que Cendrillon veut revoir Kit (le prince).

L’intérêt de cette adaptation est aussi de moderniser ce message trop old-school pour le 21e siècle, à savoir ‘sois bonne, gentille et passive toute ta vie, un prince te sauvera’. Au cours du temps, les Disney ont su évoluer en accord avec leur époque. On a ainsi commencé avec le maintenant démodé ‘Blanche-Neige’, pour passer à des princesses intellectuelles comme Belle (<3) ou qui se révolte contre l’autorité en désobéissant à un ordre direct (La Petite Sirène) et un prince pas si charmant que ça (La Bête) quand il ne fait pas carrément parti du peuple (Aladin) puis continuer avec des jeunes femmes préférant sauver leur peuple que vivre une histoire d’amour pour finir avec des films où la princesse est moralement ambigüe (Elsa dans la Reine des Neiges). Ce film fait un retour en arrière et est totalement vieux-jeu pour nous !

Ce film n’a aucune pertinence par rapport à Cendrillon premier du nom puisqu’il reprend la même histoire avec les mêmes personnages. Il se loupe même en esquivant la métaphore du passage de l’enfance à l’âge adulte. La princesse qui quitte brutalement son monde enfantin pour se retrouver dans la puberté incarnée par des obstacles qu’elle devra surmonter. Ce brusque changement se symbolise souvent par la couleur rouge d’ailleurs (Blanche-Neige croque une pomme rouge, Aurore saigne du doigt quand elle touche le rouet…). Le prince signifie la vie paisible que vivra notre princesse après avoir survécu à toutes ses épreuves. La princesse est d’ailleurs toujours accompagnée d’un animal mignon (Sven par exemple) qui représente son enfance. Dans Cendrillon, c’était les souris. Dans ce film, les animaux sont présents mais n’ont aucun rapport avec cette métaphore. Ils servent juste de Deus Ex Machina pour la fin.

Et pour finir, un point vraiment dérangeant : la minceur. J’ai lu quelque part qu’on avait minci Lily James lorsqu’elle portait ses costumes. Si pour les autres points, les enfants peuvent prendre du recul en grandissant, je suis violemment contre celui-là. Si les enfants peuvent faire la part des choses dans un dessin-animé puisque les protagonistes n’ont pas l’air réel, c’est très mauvais de le faire avec des humains. Non seulement, cela suggère aux petites filles (pensez qu’elles ont 6 ans en moyenne) qu’elles ne peuvent pas être jolies ou être une héroïne si elles sont grosses mais entraine aussi le très mauvais culte de la minceur (article très intéressant ici). Ça descend la confiance en soi des jeunes filles et non, on ne peut pas laisser passer ça.

En conclusion, Cendrillon est un film qui plaira aux amoureux du Disney original et à ceux qui aiment les décors et les costumes jolies mais n’apporte aucune approche moderne et se retrouve même être trop vieux pour le 21e siècle. Le casting est très bon et regardez-le pour voir Helena Bonham Carter en gentille ainsi que la géniale Cate Blanchett qui se retrouve être le seul personnage intéressant du film ainsi que le plus contemporain. Emmenez vos enfants le voir si vous voulez mais il est essentiel de parler du film après visionnage juste pour leur faire prendre conscience de ses problématiques (je me répète mais NON au culte de la minceur).

C’est fini pour aujourd’hui ! Je suis désolée pour l’attente mais j’avais pleins de choses à dire sur ce film et je ne voulais omettre aucun point. N’hésitez pas à me dire votre avis sur le film, je serai ravie d’en discuter. Même si c’est une déception, j’attends de pied ferme le prochain avec Emma Watson et je guette les annonces de casting pour Mulan. Can’t wait !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s